Catherine Daufès-Roux
Députée de la 5ème Circonscription du Gard
Catherine Daufès-Roux
Députée de la 5ème Circonscription du Gard

Mon parcours

©Jean-Louis Aubert

Catherine Daufès-Roux

Je suis née le 24 avril 1963 à Alès, fille de Roger Roux, adjoint du maire socialiste de La Grand-Combe durant 18 ans. Je suis issue d’une famille socialiste élevée dans les valeurs de la gauche et du protestantisme. Mes parents, tous deux professeurs au Collège de La Grand-Combe, m'ont transmis la fibre de l’enseignement. Après avoir réalisé ma scolarité à La Grand-Combe j'obtiens mon baccalauréat en 1982 au Lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, puis mon diplôme d’institutrice à l’Ecole Normale d'Institutrices de Nîmes en 1987. C’est à Alès que je débute ma carrière, à l’Ecole Pasteur, puis à l’Ecole Mistral, comme institutrice puis directrice pendant vingt ans. En 2008 je passe le concours national des personnels de direction, que je réussis, et mon premier poste m'emmène dans le Vaucluse, au lycée de Bollène où j'exerce deux années durant. En 2010 je suis mutée dans le Gard comme principale adjointe au Collège de La Gardonnenque à Brignon. En 2017, je rejoins le Lycée Prévert, à Saint-Christol-lèz-Alès, comme proviseure adjointe, puis en septembre 2020 le Collège de La Grand- Combe où j'exerce mes fonctions de principale adjointe jusqu’au 25 juin 2021.

Issue de la société civile je suis pourtant engagée en politique depuis mon adhésion au PS en 1981. De tendance jospiniste puis strauss-kahnienne, je quitte le parti en 2007 à l’issue de la primaire présidentielle qui voit monter Ségolène Royal avec qui je suis en désaccord. Je rejoins le Modem et répond favorablement à Henri Francès, candidat du parti centriste, pour être sa suppléante lors des législatives de 2012, face à William Dumas. En 2017 après mon adhésion à LREM en octobre 2016, un mouvement que je définis à la fois pragmatique et transpartisan, je suis sollicitée par Olivier Gaillard, alors 1er adjoint de Sauve, président de Communauté de communes, et vice-président du Département, investi par le mouvement En Marche!. Nous remportons ensemble l'élection à 64% face à notre adversaire du Front national au second tour. En septembre 2020, le député Gaillard annonce son intention de démissionner avant la fin du contentieux électoral lié à son élection à la mairie de Sauve. Cependant Olivier Gaillard tiendra son rôle de député jusqu'à la décision du Conseil d'Etat en mai 2021 validant l'élection municipale et permettant de ne pas provoquer d'élection partielle pour la 5ème circonscription en me laissant accéder au siège de l'assemblée le 27 juin 2021.
 
Fonctionnaire de l’Education nationale, je porte en moi les principes du service public que sont l'intérêt général, la continuité du service, l'égalité de traitement et la neutralité. Dès lors je souhaite m’inscrire dans la continuité des travaux parlementaires de mon prédécesseur, de manière pragmatique et transpartisane, au plus proche du territoire et de ses enjeux. Mariée et mère de deux grands enfants, je vis à Alès sur la 5ème circonscription que je représente. 

Olivier Gaillard

Député démissionnaire en 2021, Olivier Gaillard a été élu au côté de sa suppléante Catherine Daufès-Roux lors les élections législatives de 2017. Il est désigné membre de la Commission des finances et rapporteur spécial du budget opérationnel de la Défense, avant d'intégrer la Commission du développement durable en 2020. Il démissionne le 26 juin 2021 de son mandat de député pour se consacrer à son mandat de maire sur la commune de Sauve et de vice-président du Conseil départemental du Gard en charge de l’Aménagement du territoire. 

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.